On va au bout!

Suite des travaux sur la jeep avec cette semaine la modification du pot d’échappement. En effet, le préfiltre à air Tecalémit est relié au pot d’échappement via un tube soudé et 2 durites en caoutchouc. Cela permet de créer une dépressurisation sensée évacuer les impuretés du préfiltre.

Je n’avais jamais réalisé cette connexion et je me suis donc lancé dans ces travaux.

Le pot décapé et le tube que je devrai souder
Le tube est fixé par 2 pattes soudées au pot.

Pour la couleur, j’ai hésité à prendre du noir, mais Patrick Tedeschi avait fait le sien en gris métal. Je me suis dit que cela donnait bien, donc je l’ai copié. Bon, certains diront qu’il fait un peu apprêté maintenant, mais bon, j’assume.

Le pot finalisé. L’air sortant du pot crée une dépression qui aspire les particules du filtre.
Et le pot mis en place.

Le pot d’échappement finalisé, j’ai terminé le circuit d’essence avec une petite particularité qui me manquait. En effet, le carburateur est alimenté par 2 pompes et possède dès lors 2 arrivées d’essence. Il fallait donc que je trouve un raccord banjo double. Or, je possédais un raccord en T, mais pas banjo, et dont les dimensions correspondaient. Je l’ai modifié en sciant le pas et en le perçant de part en part. Après un ponçage fin je l’ai installé et miracle, pas de fuite. Mes 2 pompes, mécanique et électrique, sont donc reliées au carbu. Le gros avantage c’est que le matin, pour amorcer le carbu, un petit coup de pompe électrique de 4 à 5 sec et le tour est joué. Plus besoin d’ouvrir le capot pour amorcer manuellement.

Raccord double banjo « maison »

J’ai enfin repeint mon jerrican d’eau en couleur sable, et j’y ai mis le pochoir EAU, comme sur celui de la jeep Sichler.

Jerrican à eau

Enfin, j’ai commencé la rénovation du réservoir secondaire d’origine. Il était déjà passé au primer, mais on y décelait des petits points de rouille. J’ai donc poncé le tout et il s’agit bien de point de rouille perforatrice. Alors certes le réservoir n’est pas troué, mais cela ne risque de pas tarder sans prendre les devants. Comme l’intérieur du réservoir est propre, j’ai décidé de traiter les points de rouilles par l’extérieur avec de l’époxy et un peu de fibre de verre très fine. Je pourrai ensuite lui faire une couche de primaire rouge et finalement le peindre en couleur sable.

Les traces de rouille
Séquence émotion, un peu de peinture sable d’origine…

Enfin, confinement oblige, j’ai fait un beau bricolage avec mes 2 enfants !

Et je terminerai ce billet par la paraphrase du jour :

« Comme disait mon grand-père, tous les ans il y a de plus en plus de confinés mais cette année, j’ai l’impression que les confinés de l’année prochaine sont déjà là »

Sur ce, A+

Big One

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *