Réservoir, clap de fin

Bon, je pensais pouvoir m’occuper un peu plus du blog pendant ce satané confinement, mais je passe plus de temps à repeindre la maison, faire travailler les enfants, fignoler la jeep, entretenir le jardin, regarder des séries Netflix, buller sur Internet…

Voici donc l’avancement des travaux de ces dernières semaines avec évidemment la finalisation de mon réservoir d’origine. J’avais terminé le circuit d’essence avec les pompes à essence mécanique et électrique et le collecteur permettant de choisir entre les 2 réservoirs. Mais mon réservoir secondaire était une réalisation maison… J’ai donc finalisé le réservoir d’origine. Il avait quelques points de rouille à l’extérieur, mais en revanche il était sain à l’intérieur, et surtout il ne fuyait pas. Je pensais initialement le traiter avec un kit RESTOM de rénovation pour mettre une couche d’époxy à l’intérieur, mais j’ai changé d’avis. J’ai décapé la rouille et bouché les trous d’attaque avec de l’époxy à l’extérieur du réservoir. Pour assurer une bonne tenue de mon époxy, j’ai solidifié le tout avec une fine couche de fibre de verre.

Réparation du fond du réservoir, attaqué par la rouille.
Emotion toujours: un peu de peinture sable d’origine…

Après un ponçage fin, mise en couleur et photo de présentation du réservoir « SAHARA » complet, avec sa goulotte et son bouchon griffé WOF, s’il vous plait !

Mise en peinture
WOF, la griffe ultime!
Photo catalogue du réservoir secondaire pour jeep M201 SAHARA

J’ai fait quelques photos de comparaison entre la copie et l’original. Je reste quand même assez fier de ma réalisation car les dimensions sont vraiment fort semblables.

A gauche, la copié, à droite, l’original.
Pas de quoi rougir sur ce travail. La copie est fonctionnelle et présente plus que bien. Qui sait, il terminera peut-être sa vie dans une jeep Kaki de Hussard!

Une différence cependant : sur ma copie, je n’avais pas prévu de bouchon pour le vidanger mais uniquement l’arrivée d’essence. Je n’avais besoin donc que d’un trou dans le plancher et pas de 2. De plus, la position de ma sortie d’essence n’était pas tout à fait la même que celle du réservoir d’origine. J’ai donc rebouché le trou percé initialement et j’ai repercé 2 trous au bon endroit. Un gros chipotage de soudure, mais avec une bonne disqueuse, on rattrape tout !!!!

Le trou initial est rebouché, 2 nouveaux trous sont percés

Et enfin le montage final !

En allant faire mes courses, en respectant la distanciation sociale, en portant un masque FFP1000 et en en me lavant les mains 30x au minimum avec du gel hydroalcoolique, je suis tombé sur une bouteille d’Armagnac, provenant du Vic-Fezensac, charmante bourgade du Sud-Ouest où j’ai trouvé mon réservoir ! Je ne pouvais que l’acheter.

Je termine cet article en paraphrasant Frédéric Dard :

« Si les confinés n’existaient pas, il ne faudrait surtout pas les inventer. »

Voilà pour aujourd’hui, prenez soin de vous et surtout faites comme ma belle jeep : RESTEZ CHEZ VOUS !!!!

Big One

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *