Les jeeps du désert

Y’a pas que le kaki dans la vie!

Ayant reçu la remarque récemment de ne m‘intéresser qu’aux Jeep Sahariennes, ce qui est un sujet de niche vous en conviendrez, je vais vous parler aujourd’hui non pas des M201 sahariennes, mais de jeeps Willys, Ford GPW ou Hotchkiss, ayant été utilisés ou adaptées pour le désert.

Et en effet, si vous vous intéressez à ce merveilleux véhicule mais êtes en recherche d’originalité, voici quelques configurations originales (c’est-à-dire non kaki avec étoile blanche) dans une couleur qui lui va à ravir : le beige, évidemment.

J’entends déjà mes quelques lecteurs assidus se dire : « Ca y’est, il trouve plus rien à écrire sur ces Sahariennes. Il fallait bien que ça arrive. Le sujet n’est pas infini » Qu’ils se rassurent, j’ai encore quelques petites surprises et idées.

Il est clair que le sujet des M201 Sahara se tarit, mais de temps en temps je tombe sur une nouvelle photo comme celle-ci d’un convoi montant une dune. La jeep est bien une Sahara: son phare de recherche Auteroche est visible.

Or donc parlons de ces jeeps habillées pour le désert avec quelques exemples de configurations que je trouve assez belles.

Les premières à revêtir la couleur sable ont été déployées après l’opération Torch dans le nord de l’Afrique.

Commençons par ce premier modèle US photographié pour le magazine LIFE en Tunisie en 1943. Il s’agit d’une Ford GPW, un des premiers modèles. Elle n’est pas équipée de Jerrican et on distingue la marque Ford sur le panneau arrière.

Tunisie, 1943, magnifique série de photos en couleur parue dans le magazine LIFE.
Le même convoi dans la campagne tunisienne.
Détail sur l’immatriculation dans les 2 écritures.
Pour ceux qui en doutent, voici les chiffres arabes et nos chiffres (arabes également ;-))
Vue latérale de la jeep de tête de convoi avec le détail sur les étoiles du capot et sur l’aile arrière gauche.

Elle est peinte dans un beige assez clair, quasi crème. Comme marquage, elle possède des étoiles blanches sur fond bleu sur le panneau arrière, sur chaque aile arrière et sur le capot. Le fond bleu est rajouté pour distinguer l’étoile qui ne serait pas visible si elle avait été peinte directement sur le beige-crème. Je trouve le mélange de couleur assez sympa et la cocarde n’est pas sans rappeler celle de l’US Air Force au début de la guerre. L’immatriculation est standard et en-dessous de celle-ci, sur le panneau arrière se trouve une inscription que j’ai eu difficile à déchiffrer mais qui en fait simplement la même immatriculation mais en chiffre arabe (en langue arabe).

J’ai trouvé sur un site de modélisme une reproduction assez fidèle de cette jeep. Tous les détails sont présents et félicitations à la personne l’ayant réalisé.

Superbe réalisation au 1/35ème.

Nous restons en Afrique du Nord avec la Jeep suivante, mais de l’armée anglaise cette fois. Elle est photographiée 2x et on distingue un rond sur le capot. Elle possède donc une cocarde anglaise bleu, blanc, rouge. Autre détail remarquable, les phares sont recouverts sont recouvertes. Il semblerait qu’ils aient été peints lors de la peinture de la jeep.  

A gauche du coude se distingue la cocarde anglaise sur le capot (sous une bonne couche de poussière…)
Impressionnante image d’une tempête de sable.

Restons d’ailleurs dans l’armée anglaise avec cette restauration d’une Jeep de la 8ème armée que j’ai pu photographier à Vienne en Autriche.

Auf Rädern und Kette, Vienne. Reproduction d’une jeep de la 8ème armée.

Evidemment, quand on parle de jeeps dans le désert, qu’on s’attarde à l’armée Anglaise, il n’est pas possible de passer à côté des jeeps SAS du Lt-Colonel Stirling. Ces jeeps complètement modifiées inspireront d’autres modèles SAS pour les opérations sur le vieux-continent, mais aussi des développements post guerre mondiale sur Willys, Land Rover ou Minerva (pour l’armée belge). La jeep se voit ôter tout le superflu et est équipée pour permettre des opérations de longue durée derrière les lignes ennemies : autonomie mécanique, camouflage, rayon d’action et armement en sont les maitres-mots.

Version colorisée d’une photo célèbre des patrouilles SAS.

Quittons la 2ème guerre mondiale pour aborder des jeeps utilisées en zone arides et désertiques. Premier exemple, cette jeep couleur sable utilisée par Tsahal. La jeune armée israélienne s’est équipée après-guerre de matériel venant de gauche et de droite. Les jeeps de patrouilles dans le désert sont assez remarquables par leurs adaptations. En effet, la jeep possède un coupe-câble et est lourdement armée par 2 mitrailleuse allemandes MG-34. La servant de la seconde mitrailleuse se trouve sur une assise en arrière de la caisse arrière, ce qui implique le déplacement du jerrican de secours sur l’aile arrière gauche, et de la roue de secours sur l’aile arrière droite (comme sur les jeeps civiles).

Jeep de patrouille de Tsahal, lourdement armée.
Détail sur la banquette arrière du servant de la MG34.
Une photo d’époque (il s’agit ici d’une jeep CJ)
Le parebrise est équipé d’une bâche de déflection de la poussière, et le capot possède des pontets d’attache et des sangles, comme les M201 SAHARA, mais dans une configuration différente.

La crise de Suez en 1956 a également poussé les armées françaises et anglaises à sortir les pots de peintures beige clair. En attente d’intervention à Chypre, les véhicules des 2 armées furent peints sur place. Probablement dans le même ton crème clair propre à l’armée anglaise. Je vous avais parlé d’une reproduction d’une jeep de l’armée française durant cette opération dans mon article (H)Amilcar 1956.

Magnifique réalisation dont je vous ai parlé dans un précédent article.

La Légion Etrangère espagnole a également adapté ses jeeps au désert, comme le prouve cette photo d’une CJ3A dans le Sahara espagnol.

Des jeeps CJ3A de la Légion Espagnole dans le Sahara.

En ce qui concerne les jeeps françaises utilisées dans le désert, je vous renvoie à mon précédent article traitant des jeeps post-SAHARA. https://sahara.jeepbigone.be/2020/06/07/les-jeeps-post-sahara/

Voilà, j’espère que ces quelques exemples vous donneront envie de tenter l’originalité d’une jeep non-kaki. Ça peut toujours servir pour retrouver sa chérie lors d’une concentration…

Sur ce,

A+

Big One

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *