Les Jeep ENTAC, descendantes des sahariennes

Dans mon analyse sur les immatriculations des sahariennes, je m’étonnais de ne voir dans le désert que des véhicules immatriculés jusque maximum 1962. En effet, sur aucune photo je n’ai trouvé de plaques commençant par 231 ou 241.

Cela reste logique. Les accords d’Evian datent de mars 1962, et ils engagent la France à démilitariser à court terme. On s’imagine dès lors mal l’envoi de matériel militaire, malgré les concessions des bases de Mers-el-Kebir et des centres d’essais dans le désert (In Ecker (Centre d’expérimentations militaires des oasis), Reggane (Centre d’expérimentations militaires du Sahara), Colomb-Béchar (Centre interarmées d’essais d’engins spéciaux) et Hammaguir (base de lancement de fusées)).

Durant les années 50, les ingénieurs français développent le système ENTAC (ENgin Téléguidé Anti Char). Il est opérationnel en 1958 et se retrouve installé sur des Jeep M201 de base comme le montrent les photos suivantes (Jeep 034 079 et 034 080 datant de 1960) :

Pour la petite info, l’armée belge équipera également ses CJ3A du système ENTAC :

Mais revenons à nos sahariennes : elles se retrouvent sans affectation. Il faut leur trouver une utilité. Elles serviront de support au système ENTAC. On peut donc s’imaginer que ces belles sahariennes, à peine sortie de leur usine, dans leur belle livrée sable, se sont fait directement asperger d’un beau vert militaire et affubler d’une plateforme de lancement ENTAC. Les pauvres ne connaitront jamais les joies du désert.

Suite à une recherche interneto-photographique, la première saharienne ENTACquisée que je repère provient du site de Jean-Louis Martin et date de fin 1962. C’est la 221-2282 du 1er RCP et la photo date de 1967 :

Ce qui est intéressant c’est que je retrouve la même Jeep lors d’un défilé du 1er RCP en 1972 mais elle a perdu tous ses attributs sahariens.

Dans mon article sur les immatriculations, on pouvait conclure une chose : les Jeep spéciales étaient construites par série. Ainsi pour les sahariennes, j’ai par exemple identifié les séries 221 2130 jusque 221 2176 en 1962 .

La 221-2282 est certainement une saharienne, elle a tout de suite été transformée en ENTAC et l’on peut donc penser qu’elle fait partie d’une série de sahariennes qui ont subi le même sort. Et en effet je trouve photo de 2 Jeep ENTAC toutes proches, la 221-2284 et la 221-2291. Par contre elles ne possèdent plus aucun attribut saharien mais possèdent les derniers équipements ENTAC :

Grâce aux immatriculations, j’identife maintenant 2 séries de Saharienne en 1963 grâce à des archives photographiques et à des Jeep ENTAC.

La première série va de 231-1862 à 231-1901 (ENTAC). A noter que la Jeep 231-1871 est une des rares sahariennes possédant encore actuellement sa caisse d’origine ainsi que tous les ajouts sur le châssis (plaque de fixation compresseur Bavox,…). Elle va subir une rénovation, et je viens de rentrer en contact avec son propriétaire. J’en reparlerai certainement.

La deuxième série contient les Jeep 231-3409 à 231-3430.

Les ex-sahariennes ont également été utilisées par le 1er RHP. Les sections possédaient des Jeep radios également. C’est ce modèle qu’a voulu reproduire Christian Huet sur cette très belle M201. Je vous laisse admirer les photos de cette Jeep qui au fil du temps se perfectionne et se rapproche toujours un peu plus de son modèle initial.

Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille la lecture de l’article « Sahara et ENTAC, quelle parenté?? » sur le site de Jean-Louis Martin.

A+

Big One

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *